Travail sur soi et développement spirituel

Replay du direct du mardi 06 décembre 2022

Quelques aspects importants du travail sur soi qui permettent d'entreprendre une authentique démarche d'éveil et d'épanouissement de nos potentiels spirituels.
Annonce du lancement du Groupe de Travail sur soi en présentiel au sud de Paris chaque lundi soir à partir de janvier 2023.
Annonce de mon cycle de 6 conférences mensuelles "Les Passeurs du Nouveau Monde" de janvier à juin 2023, Paris 14ème.

Les directs ont lieu chaque premier mardi du mois de 20h à 20h30 sur le canal Telegram La Minute Spirituelle.

Version vidéo :


Version audio :

Liens :
🔸 Infos Groupe de Travail sur soi.
🔸 Infos conférences Les Passeurs du Nouveau Monde sur mon site thérapeute.
🔸 Canal d'infos Telegram.


Transcription :

"Voilà ! bonjour à tous ! bienvenue dans ce nouveau direct de la Minute Spirituelle ! Ce direct va durer de 20h à 20h30.
Voilà donc c'est le quatrième direct de la Minute Spirituelle, il y a un direct chaque premier mardi du mois. Pour ceux qui sont nouveaux dans le canal la Minute Spirituelle je vous rappelle un petit peu ce qu'il y a. Donc la Minute Spirituelle, c'est un canal Telegram, dans lequel je poste chaque jour une courte vidéo d'une minute sur un thème hebdomadaire. Il y a également un site, la minute spirituelle, en un seul mot, laminutespirituelle.fr, où vous pouvez retrouver l'ensemble des contenus. La navigation y est plus facile parce que les vidéos sont classées par thèmes hebdomadaires. Pour chaque thème il y a une page où l'on retrouve l'introduction, les 6 vidéos sur la page, et chaque vidéo est accompagnée de sa transcription écrite, ce qui permet aux malentendants, d'ailleurs, de pouvoir bénéficier du contenu . A la fin de la page, vous avez la possibilité de faire des commentaires et également la possibilité de partager sur vos réseaux favoris ou par email. Voilà.

Un petit historique, la Minute Spirituelle existe depuis juillet 2022, donc une vingtaine de semaines. L'idée m'en est venue parce que je lisais des articles à cette époque, qui témoignaient du fait que de plus en plus de personnes, suite à la crise du covid, et à la vie très difficile que nous avons eu pendant deux ans, de plus en plus de personnes souffraient de dépression, et on voyait une augmentation du nombre de tentatives de suicide. Et en tant que thérapeute, je voyais moi dans mon cabinet également les gens, beaucoup de souffrance, exprimaient beaucoup d'inquiétude, beaucoup de doutes par rapport à l'avenir. Et je me suis demandé ce que je pouvais apporter, bénévolement, pour soutenir les personnes qui avaient besoin d'aide, qui avaient besoin d'être accompagnées, et qui pour autant ne nécessitaient pas l'accompagnement d'un thérapeute, mais pouvaient être intéressées par avoir des éclairages, des éléments de réflexion spirituelle. Et donc ce format de la minute est pratique, parce qu'il permet aux gens de recevoir via le canal cette petite minute sur le smartphone, d'y réfléchir pendant la journée, il y a un suivi durant toute la semaine et la possibilité également de me poser des questions.

Voilà, donc la Minute Spirituelle existe depuis juillet 2022, et elle cherche donc à répondre à cette quête de sens, qui s'est levée de manière beaucoup plus intense encore, depuis la crise du covid. C'était vraiment deux années très difficiles où on a vu une restriction de nos libertés, où l'être humain a d'un seul coup été, plus que jamais, considéré vraiment comme un être biologique, réduit à sa condition de consommateur-producteur sous tutelle, et beaucoup de personnes se sont interrogées, et ont commencé à se dire que vraiment cette forme de société ne faisait plus sens pour eux. Et des personnes qui jusqu'à présent, ne s'étaient pas énormément interrogées sur l'avenir, d'un seul coup ont été traversées par de grandes inquiétudes. Et les gens commencent à comprendre que finalement tous les systèmes en place ne vont pas permettre de trouver des solutions aux problèmes qui se présentent, et à avoir en eux une volonté de retrouver du sens, de retrouver un sens à leur vie et de se connecter avec leur être profond.

Et voilà pourquoi j'ai choisi ce soir de parler de travail sur soi et de développement spirituel. Pourquoi ? Et bien parce que si on veut se reconnecter à soi-même, en fait il faut passer à travers toutes les couches qui se sont constituées à l'intérieur de nous-mêmes au contact du monde, avec l'éducation, avec ce que nous avons appris l'école, avec la culture ambiante, avec les obligations professionnelles, les obligations familiales. C'est comme si on nous avait mis sur un rail, pour que nous nous adaptions à cette société, qui est finalement assez malade, on voit tous les jours, elle génère beaucoup d'injustices, beaucoup de souffrances, et nous nous sommes adaptés à cette société comme nous avons pu, mais au passage parfois, nous avons laissé s'endormir l'enfant que nous étions, ce que moi j'appelle l'essence, c'est-à-dire avec quoi nous venons au monde. Avant même de subir une quelconque influence, l'être humain vient au monde avec tout un ensemble de potentiels, ce que j'appelle son essence divine, ce qu'on peut appeler l'enfant intérieur, et ce potentiel c'est un potentiel de créativité, de liberté, un potentiel d'amour, un potentiel de faire des choses qui sont uniques à cette personne, et que très souvent les gens durant leur vie ne peuvent pas développer, ne peuvent pas réaliser.

Et donc aujourd'hui face aux enjeux de l'époque, face aux difficultés de l'époque, il devient de plus en plus évident que c'est chacun d'entre nous de nous reconnecter avec nous- mêmes, pour pouvoir apporter le meilleur de nous-mêmes, c'est-à-dire ce que nous sommes en profondeur. C'est à la fois un chemin pour pouvoir nous épanouir personnellement, mais c'est également un chemin parce que si nous nous épanouissons personnellement, nous participons à l'épanouissement du monde, nous participons à l'invention d'une nouvelle civilisation, d'une nouvelle société, qui sera basée non plus sur l'avoir, sur la consommation, mais qui sera basée sur l'être, être soi, se reconnecter avec soi-même d'une manière authentique, épanouir nos potentiels et également pouvoir se connecter différemment avec les autres, et différemment avec le monde.

Simplement pour pouvoir réussir ce projet, çà nécessite un travail sur soi parce qu'énormément de nos comportements sont issus donc de notre éducation, sont comme des automatismes que nous avons adoptés, et puis il y a également tous les troubles que nous avons accumulés au contact de cette société qui génère beaucoup de difficultés intérieures. Et donc nous avons besoin de faire un travail sur nous-mêmes pour pouvoir pour remettre en connexion avec ce qui est réellement nous-mêmes, avec notre essence. Et comme tout travail, ce travail nécessite de comprendre quelles sont les étapes pour pouvoir réussir ce travail, de mettre en place une stratégie, de mettre en place une forme de discipline.
J'ai constaté par exemple que beaucoup de gens, qui se posaient des questions suite à cette crise du covid, qui maintenant se continue dans la crise de l'Ukraine, étaient extrêmement frustrés ou en colère, et bien voilà un sentiment qui est contraire au développement spirituel. Et donc dans notre discipline, dans notre stratégie, il y a un certain nombre d'étapes qui sont indispensables pour pouvoir véritablement nous mettre en marche dans la bonne direction.

C'est pour ça que j'ai voulu faire ce petit direct sur ce sujet. Je pense que la première étape c'est d'abord de s'éloigner. S'éloigner, j'entends par-là s'éloigner de tout ce qui est contraire à notre développement. Par exemple si on prend au niveau mental, au niveau intellectuel, beaucoup de gens aujourd'hui suivent un nombre incalculable de canaux Telegram, de groupes Facebook, regardent les informations en permanence, et se nourrissent en permanence de cette frustration, de cette colère par rapport à ce monde qui fonctionne mal, et remplissent leur cerveau d'une agitation permanente, qui est très nocive pour leur équilibre intérieur. Donc quand je parle de s'éloigner, il s'agit par exemple de s'éloigner de toutes ces informations toxiques. Finalement si on regarde bien, on n'apprend jamais rien de très nouveau, chaque fois c'est un recul de la liberté, une nouvelle loi qui va sortir qui ne réglera aucun problème, un homme politique qui se met en avant au détriment d'un autre, on n'apprend jamais rien de très très intéressant qui nous enrichisse. Donc éloignez-vous de toutes ces informations toxiques qui vous font mal au cerveau, qui vous empêchent d'être calmes intérieurement.

Au niveau émotionnel, il y a aussi des conditions à remplir si nous voulons pouvoir nous développer. Et bien il s'agit de s'éloigner des personnes toxiques, il s'agit de s'éloigner des personnes qui nous perturbent émotionnellement, qui nous font du mal, il s'agit de s'éloigner de tout ce qui va créer des angoisses et des peurs supplémentaires à l'intérieur de nous. Au niveau physique, c'est la même chose, au niveau physique il est important de s'éloigner de tout ce qui nous agite, de pouvoir le plus souvent possible se reconnecter avec la nature, pouvoir se poser tranquillement dans son coin, dans un endroit calme.

Donc la première stratégie, c'est de s'éloigner, s'éloigner de toute cette pollution qui ne nous apporte rien, qui en fait renforce en permanence nos tendances à toujours voir les choses en négatif, à toujours nous plaindre, à toujours tout critiquer et qui ne sont pas constructives, qui ne nous n'apportent rien et qui ne nous aident à aller mieux. Donc c'est la première chose à mon sens, c'est de s'éloigner de tout ce qui est toxique pour nous, pour pouvoir déjà créer des conditions de calme, d'apaisement, de tranquillité, qui nous permettent de passer à une autre étape.

Et l'autre étape, si on s'éloigne de ce qui est toxique, si on s'éloigne de ce qui est négatif, c'est de commence à se nourrir différemment. J'entends par se nourrir, se nourrir intellectuellement, se nourrir spirituellement, se nourrir émotionnellement, se nourrir physiquement différemment. Par exemple, je pense qu'il important de pouvoir se connecter le matin avec des pensées positives. Quelle que soit la tradition dans vous êtes issu, quelle que soit votre sensibilité, vous pouvez tous trouver des éléments qui vous permettent le matin, quand vous vous levez, de vous mettre dans une posture intérieure positive, espérante et dynamique. Pour untel, ça va être de pratiquer la prière, pour une autre personne de lire un livre inspirant. Mais en tout cas, voilà quelque chose qui est positif, se connecter avec quelque chose qui donne une dimension à nos vies, quelque chose qui nous donne un horizon, qui nous fasse réfléchir de manière positive, ouverte, et qu'il nous fasse progresser vers l'avenir. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'ai lancé ce projet de la Minute Spirituelle, avec cette simple ambition d'apporter tous les jours un petit élément de réflexion qui éveille, qui fasse réfléchir, qui nous positionne dans une bonne direction pour pouvoir avancer.

Ensuite, au niveau émotionnel par exemple, c'est important de commencer à développer des pensées de gratitude. Bien évidemment on peut trouver tous les jours des choses qui ne vont pas, mais sin on ouvre notre regard différemment, on peut également se rendre compte qu'il y a énormément de choses magnifiques. Si nous étions comme un enfant, nous serions capables de nous émerveiller du chant d'un oiseau, de l'envol d'un papillon, d'une jolie pierre sur la route, ou simplement du fait que en nous levant le matin, et bien voilà il y a de la lumière et que nous sommes vivants. Donc voilà quelque chose qui au niveau émotionnel peut nous apporter des énergies différentes, de nature à nous donner la force de progresser par rapport à nous-mêmes. Développons la gratitude, développons l'ouverture du coeur, cessons de regarder l'autre comme quelqu'un que l'on va critiquer au premier mot, à la première pensée qu'il exprimera qui sera différente de la nôtre, pour plutôt chercher ce qui nous rapproche de lui, ce qui est beau en lui, et chaque personne a de la beauté à nous proposer, nous-mêmes nous avons de la beauté à proposer aux autres. Donc développons une vie intérieure, une vie émotionnelle, qui soit tournée vers le positif, qui soit tournée vers l'ouverture, qui soit tournée vers la lumière.

Au niveau physique. Au niveau physique, il est important également de créer des conditions qui soient propices à notre développement, qui soient propices à notre épanouissement. Faisons attention à notre sommeil, faisons attention de pratiquer par exemple de la relaxation, ou de la cohérence cardiaque, pour détendre le corps. Faisant attention à notre alimentation, apprenons à être à l'écoute de notre corps, c'est lui qui peut nous dire si nous avons réellement besoin encore de manger, ou si nous sommes rassasiés, et très souvent on mange plus parce que on compense autre chose, on compense quelque chose d'émotionnel par exemple. Et bien apprenons à écouter notre corps, notre corps peut nous dire, si nous sommes attentifs, de quoi nous avons besoin pour être bien physiquement. Pratiquons de l'exercice physique, sortons marcher dans la nature, faisons des mouvements le matin pour nous étirer, nous mettre en forme. Selon votre sensibilité, vous pouvez faire du yoga, du Pilates, de la marche, il y a une multitude de propositions, mais en tout cas soyons physiquement dynamiques et faisons attention à l'équilibre de notre santé parce que c'est notre véhicule, et c'est avec un véhicule en bon état que nous pourrons aller loin.

Voilà des conditions, s'éloigner des choses négatives, et commencer à se nourrir différemment pour pouvoir développer à l'intérieur de soi un récipient qui puisse accueillir un travail sur soi progressif, patient et constant avec discipline. C'est important de comprendre que ces conditions sont nécessaires, parce que les pensées négatives, les émotions négatives les tensions physiques nous épuisent, et si nous voulons travailler sur nous-mêmes, nous avons besoin d'économiser notre énergie. Nous avons besoin de garder notre énergie, notre vitalité pour notre objectif, qui est d'aller chercher au fond de nous les pépites d'or, les zones de lumière et d'aller écouter cet enfant intérieur qui a besoin de s'exprimer, qui a besoin que nous l'accueillions pour pouvoir à nouveau le faire grandir. Et c'est lui qui est porteur de notre avenir, c'est lui qui est porteur de nos potentiels, c'est lui qui est porteur de nos richesses et c'est lui qui donc peut amener ces richesses au monde.

Donc voilà, déjà créer des conditions. Ensuite évidemment, j'ai parlé tout à l'heure de la différence entre la personnalité et l'essence, notre personnalité et notre essence. On pourrait dire que notre essence c'est ce avec quoi nous venons au monde et notre personnalité, c'est tout ce qui s'est développé en contact avec le monde, et qui s'est développé d'une manière inconsciente en fait. Nous n'avons pas construit notre personnalité, très souvent nous avons répondu à des injonctions familiales, on nous demandait de nous comporter d'une certaine manière, ensuite on nous a demandé d'apprendre certaines choses, souvent la famille a un projet pour nous, donc on essaie de répondre à ce projet pour faire plaisir à ses parents. Ensuite la société nous dit, il faut faire ci ou il faut faire ça, par rapport à ce que tu es, pour trouver ta place dans le monde et pouvoir y vivre dignement. Mais tout ça, c'est pas forcément nous qui consciemment l'avons choisi, c'est ce que nous avons acquis au contact avec le monde, c'est un peu notre interface et petit à petit nous sommes identifiés à cette interface et nous avons oublié notre essence.

Donc pour pouvoir retourner à nous-mêmes, pour pouvoir véritablement recommencer à se reconnecter avec soi, il faut pouvoir commencer à faire la différence entre ce qui est inconscient et ce qui est en potentiel en nous et que nous allons développer, c'est-à-dire qu'il faut développer un certain état de présence à soi-même, de réflexivité, être capable de s'observer. C'est pour ça que tout à l'heure je parlais des conditions, parce que si nous sommes en permanence agités, si nous sommes en permanence perturbés, nous sommes incapables dans ce cas-là de pouvoir nous observer, nous sommes incapables de pouvoir calmement être présents à nous-mêmes, dans une forme de réflexivité où nous nous regardons pour voir comment nous fonctionnons.

Pour comprendre comment nous nous sommes construits et donc pour pouvoir faire la différence entre ce qui est nous vraiment, souvent qui est resté en potentiel, et ce qui est le fruit de notre incarnation, de notre contact avec le monde, il faut en effet pouvoir s'observer. Pour pouvoir s'observer il faut être présent, pour être présent il faut chercher les moments de calme où nous allons pouvoir nous rappeler à nous-mêmes, au lieu d'être sans arrêt happés par l'extérieur, par ce qui se passe sous nos yeux, par une information, par un bruit, par une discussion, pour pouvoir revenir à soi, prendre conscience de ce que nous sommes, ressentir notre corps, parce que le corps est très utile pour travailler à se rappeler à soi-même, parce que le corps a ou une densité, il est plus lent que la pensée ou les émotions, donc il est plus facile de s'ancrer avec le corps dans le réel. Donc pouvoir se rappeler à soi, créer des moments où je sens mon corps, je suis présent ici et maintenant, et là je peux observer ce qui se passe.

Et petit à petit, à force de développer ces instants de présence, nous allons commencer à pouvoir nous regarder un peu comme le metteur en scène regarde la pièce de théâtre qui se joue devant lui. Il a ses acteurs et il regarde ce que font les acteurs, et très souvent il se rend compte d'ailleurs que les acteurs prennent la parole un peu quand ils veulent, et que c'est une véritable pagaille, que tout ça fonctionne de manière automatique, et que visiblement il a complètement perdu la maîtrise de la situation. Mais avant de pouvoir retrouver la maîtrise de la situation, ll faut d'abord qu'il comprenne comment cela fonctionne. Et donc qu'il commence à observer comment fonctionnent tous ces personnages qui se manifestent, et nous avons au fond de nous une multitude de personnages.

Nous ne sommes pas tout à fait la même personne quand nous sommes au guichet d'une administration, que quand nous sommes avec notre amoureuse ou notre amoureux, que quand nous sommes avec nos parents, que quand nous sommes avec certains de nos amis, que quand nous sommes avec des collègues professionnels. À chaque fois, c'est un peu une personne différente qui s'exprime ! Et puis même quand nous sommes seuls avec nous-mêmes, il y a un moment, il y a celui qui est gourmand, qui va s'exprimer, qui va faire taire les autres, et puis après c'est celui qui veut regarder la télévision, et tout ça n'est pas très ordonné, n'est pas très maîtrisé. Tout ça fonctionne un peu de manière machinale et automatique.

Donc voilà, il faut être petit à petit ce metteur en scène qui est capable d'observer ce qui se passe et en observant nous allons repéré en effet à quel point beaucoup de choses en nous fonctionnent de manière automatique, fonctionnent de manière mécanique, sans que nous soyons présents, sans qu'il y est de la conscience, sans qu'il y est de la présence dans ce que nous faisons, dans ce que nous ressentons, dans ce que nous pensons.

Évidemment, nous ne pouvons pas tout voir en même temps, mais déjà pour pouvoir commencer à voir et à s'observer, il faut justement ne plus totalement s'identifier à soi-même, c'est-à-dire commencer à considérer que nous sommes en mesure de nous observer comme si nous étions un autre. J'observe Nathanaël. Voilà, je m'appelle Jérôme Nathanaël, j'observe Nathanaël, qu'est-ce qu'il fait Nathanaël ? Et bien je le regarde, comment il fonctionne ? Qu'est-ce qu'il fait ? Et je découvre à ce moment-là toutes les habitudes, tous les automatismes dont je suis habité. Alors évidemment, on ne peut pas tout observer en même temps, donc on va commencer par exemple à observer nos habitudes corporelles, on va remarquer que dans telle situation systématiquement on s'assied de telle manière, ou on réagit de telle façon, ou on marche à telle vitesse. Et que cela se fait aussi sans que nous l'ayons décidé, sans que nous soyons réellement aux commandes. Et on va, en observant le corps d'ailleurs, remarquer petit à petit le nombre de tensions qu'il y a dans notre corps, des tensions qui nous épuisent, qui nous épuisent et qui nous rendent malades, et puis si nous sommes plus présents, si nous sommes plus dans le rappel à soi, si nous sommes plus dans l'observation, petit à petit nous allons réussir à détendre quelque chose dans le corps, donc à économiser de l'énergie que nous pourrons utiliser ailleurs.

Une autre chose que nous allons commencer à pouvoir observer, c'est par exemple notre habitude à exprimer systématiquement les émotions négatives. Si nous sommes attentifs à notre comportement dans la journée, nous allons voir que nous exprimons énormément d'émotions négatives. Voilà par exemple aujourd'hui, à Paris il faisait très gris et puis il y avait de la bruine, alors naturellement, on sort dehors et "quel temps pourri... patati patala..." Bon, c'est humain bien sûr, mais cette façon d'exprimer des émotions négatives se généralise dans énormément de situations et à chaque fois que nous avons, face à quelque chose qui nous déplaît ou qui nous déçoit, une émotion négative, nous l'exprimons, nous nous l'exprimons à nous-mêmes ou nous l'exprimons aux autres. Ces émotions négatives consomment énormément d'énergie et sont absolument éreintantes pour notre vitalité. En commençant à nous observer, nous allons pouvoir petit à petit les repérer. En les repérant, nous allons pouvoir commencer à essayer d'éviter de les exprimer, c'est-à-dire à faire attention à notre parole, à garder le silence plus souvent, à éviter d'exprimer ces choses-là, parce que, quand on les exprime, on leur donne de la force, on leur donne de la vie et plus elles vivent, plus elles se développent. Plus elles nous prennent de l'énergie et plus elles envahissent notre être et pendant qu'elles nous envahissent il n'y a pas de place pour faire autre chose.

Ensuite par exemple dans le domaine de la pensée. Dans le domaine de la pensée, et bien, nous avons certaines habitudes également qui sont très négatives et très épuisantes, et qui nous empêchent d'avancer. Une des principales habitudes que nous avons, c'est de projeter toujours quelque chose vers l'avenir. On va vivre une situation et avant d'avoir vécu la situation, on a projeté qu'elle allait bien ou mal se passer. On va réfléchir à quelque chose et on va déjà avoir prédéterminé ce qui va se passer, on va projeter sur la situation également des pensées négatives, des peurs, des craintes. Et puis aussi on va, au lieu d'être ici et maintenant présent dans le réel, on va divaguer, on va être dans une espèce de rêverie. Par exemple vous avez des gens, ils se mettent sur internet, ils viennent sur internet, ils cherchent un sujet et puis ils vont aller faire une recherche dans Google, Google va leur donner quelques indications, alors ils vont aller voir un site et puis par exemple, je ne sais pas, ils font une recherche sur comment soigner la grippe. Allez, boum, ils cherchent, ils vont se retrouver sur un site, qui va leur dire pour soigner la grippe, vous pouvez faire ci et çà, et puis il y a une pub ou il y a un autre lien vers un autre article, paf ! ils vont partir sur l'autre article et puis l'autre article va les emmener sur un autre article et puis parfois une heure après ils sont toujours sur internet, et puis ils ont même oublié pourquoi ils étaient venus sur internet, pour faire une recherche, parce qu'ils ont divagué, ils ont rêvassé. Et ça aussi c'est un épuisement mental, la pensée n'est pas faite pour rêvasser, il y a une différence entre l'imagination créatrice, c'est-à-dire travailler sur un projet et faire un travail d'imagination créatrice et divaguer. Divaguer c'est autre chose, divaguer ça ne sert à rien. Divaguer on se dit, ah et bien ça me repose, mais bien non en fait, çà utilise énormément d'énergie, mais çà ne nous repose pas.

Donc nous verrons de voir là, en quelques minutes, à partir d'une observation, à partir du moment où on développe l'observation de soi, qu'on peut repérer déjà, même si on ne peut pas déjà changé notre fonctionnement, on peut déjà changer des choses qui vont nous permettre, je dirais, de faire de la place et d'y voir un peu plus clair dans ce que nous sommes. Et du coup quand il y aura moins d'émotions négatives, moins de tensions nerveuses et physiques, moins de divagations intellectuelles et psychiques, il y aura plus de place, plus de force pour s'observer un peu plus, pour être un peu plus connecté à soi, et pour aller chercher au fond de soi les potentiels que nous pouvons développer et pour pouvoir petit à petit les libérer.

Donc je pense que ça, c'est véritablement un travail, sur soi, qui demande de la constance, de la discipline, de la patience, de l'humilité, un travail qui peut aussi se renforcer en essayant d'être de plus en plus présent ici dans le monde, dans le réel, dans le réel de la matière. Par exemple un très bel exercice, que moi j'ai découvert, je détestais faire le ménage. Un jour j'ai découvert que le ménage, c'est extraordinaire de faire le ménage, parce qu'il y a plusieurs façons de faire le ménage, ou il y a plusieurs façons de faire la vaisselle. On peut faire la vaisselle ou le ménage machinalement, et on peut aussi faire le ménage ou la vaisselle en étant très présent à ce qu'on fait, c'est-à-dire en étant attentif à nos mouvements, en faisant par moments "stop !" et puis voilà, on sent la posture dans laquelle on est, l'émotion dans laquelle on est, la pensée qui nous traversait.

Donc des choses très simples, qui nous paraissent insignifiantes et qui parfois même nous embêtent, et dont on se dit, mais pourquoi on se casse les pieds à faire ces trucs-là, peuvent devenir des occasions de progrès, des occasions d'apprentissage, des occasions de découverte de soi. En fait quand on entre dans cette démarche de travail sur soi, en travaillant à s'observer, en travaillant à être présent, petit à petit on se rend compte que c'est une pratique quotidienne, qui va se loger dans les actes les plus insignifiants et qui, d'un seul coup enrichit énormément notre existence, parce qu'on commence à se sentir soi-même, on commence à se rendre compte qu'on est un tout petit peu plus là, dans notre vie, présent et éveillé, au lieu d'être tout le temps à somnoler, à se plaindre, et caetera, et caetera.

Et à force de s'observer, à force d'apprendre à se comprendre, à force d'apprendre à se connaître, petit à petit, de mois en mois, d'année en année, on va commencer à comprendre comment on s'est construit, comment on s'est constitué, quelle différence il y a entre celui que je suis réellement et celui que je crois être, et puis celui que je crois être n'est pas non plus celui que les autres voient en moi, et puis la manière dont ils me voient n'est pas le regard qu'ils portent sur moi. On va commencer à comprendre toutes ces interactions, on va commencer à comprendre comment on se positionne par rapport aux autres, comment on se positionne par rapport à soi-même. Et petit à petit, on va pouvoir commencer à développer en nous une autre qualité d'être, une autre qualité de présence, et à pouvoir réellement commencer à agir consciemment, à dire "Voilà, j'apprends à aimer, j'apprends à agir, j'apprends à penser, j'apprends à créer" et petit à petit à sortir des automatismes de l'inconscience et du sommeil de notre personnalité automatique, pour petit à petit nous éveiller et nous remplir véritablement d'énergie spirituelle et de vie.

Voilà en quelques mots ce que je pouvais vous dire ce soir. Et pour terminer donc ce propos, la Minute Spirituelle donc se développe, et à partir de janvier pour les personnes qui seront intéressés et qui habite en région parisienne, puisque moi j'habite à Paris pour les personnes qui le souhaitent, je vais démarrer un groupe de travail sur soi, qui se réunira tous les lundis soir de 20h à environ 21h30, qui fonctionnera en participation libre, c'est-à-dire qu'il n’y a pas d'abonnement à payer, chacun donnera ce qu'il peut pour faire vivre le groupe, l'idée étant véritablement de réunir des personnes qui veulent entreprendre ce travail, un travail pour être, un travail pour se connaître, un travail pour progresser. Voilà.

Et puis l'autre annonce que je voulais faire, c'est qu'à partir de janvier également, puisque l'année 2023 est pleine de nouveautés, je commence un cycle de conférences qui va s'appeler "les Passeurs du Nouveau Monde", qui se tiendra tous les mois. Il y aura une conférence tous les mois, le vendredi soir pour les 4 premiers mois et le jeudi soir les deux derniers, donc mai et juin, un cycle de conférence qui se tiendra dans le 14e arrondissement de Paris, dans un café associatif. Voilà, où je ferai tout un cycle en 6 conférences autour de l'idée des Passeurs du Nouveau Monde : qu'est-ce que l'homme réellement ? Où il en est aujourd'hui ? Qu’elle est la société dans laquelle nous vivons, qu'est-ce qui se passe réellement ? Quel type de société on pourrait développer pour permettre aux êtres humains de s'y épanouir et d'avoir une éducation à la vie spirituelle, qui leur donne une vraie liberté, une vraie capacité de s'épanouir et de réaliser les promesses avec lesquelles ils viennent au monde, et dont le monde a tant besoin qu'elles se réalisent ? Et ensuite nous verrons comment construire la transition ? Et ensuite comment donner envie aux gens de s'engager dans ce chemin, de passer de cette vieille civilisation qui s'effondre, — on voit bien que les injustices augmentent, que la pollution augmente, que tout est en train de petit à petit de s'effriter et les systèmes se crispent pour pouvoir essayer de survivre alors qu'ils sont déjà complètement dépassés et qu'autre chose est en train de naître, comment nous pouvons donner envie à ceux qui doutent encore de la possibilité de faire un autre monde, comment nous pouvons leur donner envie de nous suivre et de s'engager dans ce chemin de transformation de la civilisation vers une nouvelle humanité ?

Voilà, pour ce soir, c'était là mon propre, j'ai parlé beaucoup plus que je n'avais prévu. Il est 20h30. On va prendre 5 minutes s'il y a des questions. Est-ce que quelqu'un a des questions suite à mon propos ? Alors je crois, si je me souviens bien comment marche Telegram, que pour demander la parole, il faut cliquer, il y a une petite main pour demander la parole. Est-ce que quelqu'un veut poser une question ?

Alors est-ce que quelqu'un a une question ? Non, il y a personne qui veut s'exprimer ? Allô allô ?
Bon et bien écoutez, si personne ne veut s'exprimer, c'est que sans doute j'ai réussi à dire tout ce qui devait être dit sur le sujet et que vous êtes satisfait de mes explications.
Voilà donc s'il n'y a personne qui veut parler, qui veut poser de question, et bien je vais clore ce direct en vous remerciant de votre présence.

Donc je vous répète la Minute Spirituelle, le canal Telegram, si vous vous abonnez, vous recevez la vidéo tous les jours quand je la publie. laminutespirituelle.fr c'est donc le site internet sur lequel vous pouvez retrouver l'intégralité des vidéos avec une navigation plus facile. Ensuite un direct tous les premiers mardis du mois et puis donc à partir de janvier, pour ceux qui habitent en région parisienne, vous pouvez me contacter sur le canal Telegram, pour vous inscrire au Groupe de Travail sur soi qui se réunira à Paris 14e. Je mettrai tous les liens dans le replay qui sera disponible dès demain sur le canal. Voilà, je vous remercie et je vous souhaite une bonne soirée !

-- Bravo !
-- Ah ! il y a quelqu'un qui me remercie. Est-ce qu'il y a une question par ici ?
-- Non non je disais bravo pour le direct !
Merci beaucoup. Merci beaucoup Nathalie. Bonne soirée à tous et donc à très bientôt."

Retour à Accueil ⬆️ ou ⬅️ Table des matières


👉 SOUTENEZ la Minute Spirituelle ! Faites un don à l'auteur par LiberaPay !


Partagez et commentez :

Il n'y a actuellement aucun commentaire, alors soyez le premier !